Une enquête pour obsolescence programmée

Une enquête pour obsolescence programmée

Une enquête pour obsolescence programmée

Une enquête pour obsolescence programmée ouverte contre Epson

Une enquête pour obsolescence programmée

Une enquête pour obsolescence programmée
Le parquet de Nanterre vient d’ouvrir une enquête préliminaire visant le constructeur Epson. Comme le précise Les Numériques, cette enquête fait suite à la plainte déposée en septembre dernier par l’association Halte à l’Obsolescence Programmée (HOP). Celle-ci critiquait Epson donc, mais aussi Brother, Canon et HP, les principaux constructeurs d’imprimantes et de cartouches en somme.

Des cartouches loin d’être vides

Si l’enquête préliminaire ne vise pour le moment qu’Epson, c’est que le siège de la société est à Levallois-Perret, en France. Reste que les autres constructeurs sont également visés par la plainte de l’association HOP. Rappelons que cette dernière critique les estimations des imprimantes à jet d’encre. Trop souvent, elles auraient tendance à demander le remplacement des cartouches alors qu’il reste une importante quantité d’encre à l’intérieur. Les estimations varient, mais on parle de jusqu’à 15% d’encre. Cette action en justice sera peut-être l’occasion de mettre à mal la défense jusqu’ici utilisée par les constructeurs :  comme le rappelle notre confrère, ceux-ci parle souvent d’une marge nécessaire pour garantir la sécurité des imprimantes.

Partager cet article